Premier contact

Bulle2

Premier contact

0

Lorsque nous nous sommes rencontrés, j’ai tout de suite ressenti votre mal être. Malgré vos réserves, vos silences, vos non-dits j’ai « entendu » vos souffrances. Chaque jour, j’ai  « tendu » un peu plus l’oreille dans le but de déceler vos attentes et bientôt ce ressenti que vous n’arriviez pas à communiquer, J’ai pu l’imager:

« Ma, famille, mes amis…, je suis là, près de vous et si loin à la fois ! Un fossé, que l’on peut imaginer sous la forme d’une bulle translucide m’enveloppe entièrement. Cette prison de verre nous sépare et vous ne voyez rien, vous êtes bien trop occupés à essayer de me protéger. Pour cela, chaque jour, vous faites un peu plus à ma place et pour que l’on me comprenne mieux, souvent, vous parlez, répondez à ma place ! Certain jour, lorsque j’en ai la force, j’essaie de réagir, mais  dès la première difficulté je capitule. Est-ce dû à une espèce de trac, à l’angoisse du geste qui se dérobe, du mot qui s’efface, de l’idée qui s’enfuit à peine venue, à la honte, la peur de dire, de faire encore des « bêtises, de vous inquiéter, de vous décevoir… ? Que faire, me révolter, cogner contre la paroi, hurler ma peur, ma colère d’être devenue transparente, combattre violemment cette mise à l’écart ?  A qui m’en prendre d’ailleurs ? A qui la faute, si ce n’est à cette maladie insidieuse qui «blanchit» mes neurones et ainsi me détruit inexorablement. »

Ainsi, j’ai su comment je devais vous aider…

Laisser une réponse

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com